Sadek – Booska Sanz

Sadek Booska Sanz paroles

[showhide type= »post » more_text= »Cliquez ici pour Afficher les paroles… » less_text= »Cliquez ici pour Masquer les paroles… »]

[Intro]
Vulgaire, violent
Surtout ravi d’être là
Booska Sanz

[Couplet unique]
J’en ai partout sur les doigts, le quartier s’agite, y’a trop de parasites
Bébé, tu glisseras avec moi, allez joue sur mon cœur, c’est du synthétique
Ça fait pas tant de bénéf’ mais bon ça s’entête
Ils sont partis tout droit, t’appelles ça des potes ? On venait d’enlever la muselière de nos bites
Rien à foutre de Paname, nous on veut l’Europe, plus Biggie, Tupac que Freud, Aristote
Farandole de putes mais on se marie ap’, embrasser le strass et les paillettes
J’leur mets, elles repartent à ieds-p, elles voulaient la moitié du bénéf’
Elles auront ni la peau, ni les os, j’étais plus gros que Pierre Ménès
Charo, Charo j’suis dans le réseau, N-I, N-I, lève comme Chino
J’suis dans le bendo, bendo mets pas de Pento,m’écoute pas trop, tu vas t’vexer
Plein de propos paradoxaux, j’baise les Kouachi et Charlie Hebdo
(Wow) Et j’ai plus l’âge de croire que je vais percer
Je n’ai plus d’âme, je n’ai pas d’ailes, je te dis normal, soyons réels
Je sais ce qu’elles valent, je sais ce qu’elles aiment, c’est pas je t’aime, c’est Chanel
Sans l’Oréal, elles sont pas belles, tant qu’elles sont bonnes, bah on les ken
Et c’est normal, on est des hommes, elles ont des mecs, mais elles rappellent
Et j’en rigole, plus rien ne m’étonne, j’avais des jnouns dans mon école
Et d’la peu-peuf au prix du com’
Ring ring, bang-bang, tching tching, pleine tête, à la tienne la fine
Allez, tapine pour le platine, j’suis pas la Corée, moi j’suis la Chine
J’veux la peau des becquets et des cotonniers, avant d’aller m’installer au bord de l’eau
J’ai des plus belles chaussures que le cordonnier, on conduit « italien », on boit « bordelais »
J’ai mis 11 000 Euros sur un matelas, et je l’emmène dans Formule 1 à 30 euros
C’est pas ces grosses « tchoins-guin » qui vont me relever, quand viendra la guardia et les fédéraux
Pour moi aimer, c’est mort c’est comme fédérer, ou un chien qui veux rattraper le TGV
Elle m’a parlé de marmots je l’ai délaissé, elle ne mouille que sur Féfé et Phillip Plein
Féfé, Phillip Plein, Féfé, Phillip Plein
Je veux pas qu’un fils de pute sois mon héritier, j’suis à deux doigts d’adopter un philippin
La rue c’est nous, parce qu’on est agréable et gentil
Le linge sale, ça se lave en famille, on descend pas le gérant devant les iens-cli
J’avais des grands, quand j’étais petit, l’héro les a anéanti
J’avais des rêves et des amis aussi, Dieu merci, je me suis repris
Je suis dans le virage à 170, le copilote parle avec son fils
A45 sur l’A86, envie de jeter de l’eau dans la prise
Pas d’ces behlouls qui se confient à la presse, faites pas les gros, nous on sait qui vous poussent
Ils viennent en studio et tu dis plus un mot, parler de litrons, un petit piano
Pas te vendre un glock pour que tu m’allumes avec, j’ai tout compris, tu seras les mains vides
Hein, hein, ouais les mains vides, allez renforce l’épaisseur de tes vitres
Plus j’les méprise, plus je maîtrise, plus ils maigrissent, plus ils m’écrivent
Mais je réponds pas je suis khfif, plus jamais heureux, plus jamais triste, Vulgaire, violent

[/showhide]

Sadek

Sadek – Bender de l’album #VVRDL

Sadek – la vache